Un site, une association

Bienvenue sur la toute nouvelle version de notre site web.

Maternité, accouchement, péridurale...
#287186
Bonjour à tous,

j'étais venu sur ce forum il y a 3 ans, vous pourrez retrouver mon récit sur la page suivante:
viewtopic.php?f=34&t=7344&p=246646#p246646

Après 3 ans de galère (FIV, opération des ovaires, ...) me voilà enfin enceinte!
J'ai encore un peu de mal à réaliser, je ne suis enceinte que de 6 semaines, mais déjà beaucoup de questions se bouscule dans ma tête.
J'appréhende la prise de poids, comment mon dos va t'il le supporter?
Quand je vois les femmes enceintes avec leur dos bien courbé au niveau des lombaires, mon dos lui ne pourra pas se courber autant. Comment va t'il s'adapter?
Et puis, il y a aussi, et surtout l'accouchement que je redoute. J'ai déjà rencontré plusieurs anesthésistes lors de mes FIV, et ils m'ont tous dit que dans mon cas la péridurale ne sera pas possible.
Je me demande aussi si les contractions ne risquent pas de déclencher des problèmes au niveau des tiges.
Bref, je commence à stresser pour mon dos, même si d'après se que j'ai pus lire sur ce forum, apparemment il n'y a pas de problème pour mener une grossesse, et accoucher normalement.

Depuis que j'ai emménagé sur Lyon, il y a un peu plus de 3 ans, je n'ai jamais revu de spécialiste.
Auriez vous une bonne adresse à me conseiller?
J'aimerai rencontrer un médecin à l'écoute, qui prenne le temps de me conseiller, et surtout de me rassurer :)
#287236
Bonsoir Zaza

Tu te poses des questions et c'est compréhensible.
J'ai eu une 1ère opération en 1976. Par la suite j'ai eu trois enfants, pour les 2 premières la péridurale n'existait pas encore et pour le 3ème cela ne se pratiquait pas encore pour les personnes opérées comme nous. Maintenant c'est au cas par cas.
Cela ne m'a posé aucun souci pendant mes grossesses et j'ai accouché sans péridurale et pareil aucun souci
#287250
voilà un lien qui parle de la péridurale viewtopic.php?f=9&t=4541&start=15 et sur celui-ci viewtopic.php?f=16&t=3522&start=675 tu peux lancer un appel pour trouver un médecin
#289875
Bonjour Zaza,

Je suis revenue sur ce forum pour voir un peu ce qui se disait sur les péridurales, et je n'ai pas pu résister à l'envie de te répondre, étant dans la même situation que toi actuellement, et dans la même ville :-)

Pour la petite histoire, j'ai été opérée en 2001 pour une triple scoliose qui malgré corsets de jour et de nuit n'en faisait qu'à sa tête (52°), et j'ai donc une tige de D4 à L2. Personnellement, cette opération a été la délivrance, parce qu'à 14 ans, en terme d'esthétique comme de confort, les corsets, c'est un peu pénible. Et puis rater un peu de collège ne m'a pas trop contrariée à l'époque :) Mes parents étant médecins généralistes, ils m'ont protégée du stress de l'opération qui m'a donc paru plutôt anodine, et tout s'est super bien passé ensuite. Bon, comme vous je suis sortie un peu faiblarde, pas très grosse (37kg pour 1,61m), et pas forcément très dynamique, mais je n'en garde pas du tout un mauvais souvenir, plutôt le contraire..
Dans mon entourage, tout le monde sait que j'ai "des barres dans le dos" et je n'ai aucun problème à le dire aux gens que je croise de façon anecdotique; cette période de ma vie n'a pas impacté ma vie, et je n'ai jamais considéré que mon dos ou mes barres étaient un handicap ou quelque chose de lourd (d'ailleurs j'ai réalisé qu'il s'agissait d'une chirurgie lourde que bien plus tard)
Aujourd'hui, quelques tensions permanentes au niveau des trapèzes (mon cou est encore un peu de travers, lui), et parfois quelques douleurs aux sacro-iliaques, mais franchement, comparée aux personnes que je côtoie au quotidien, j'ai beaucoup moins de soucis de dos qu'eux - ou alors, l'hypothèse de mes parents serait que je me suis habituée à vivre avec certaines douleurs sourdes et que j'ai appris à les ignorer. Peut-être que j'aurai le contre-coup dans quelques années, à voir. Mais bon, je pense que je souffrirais vraiment plus si je n'avais pas ces tiges.

Pour revenir à ton histoire, Zaza, à 29 ans, je suis aujourd'hui enceinte de 6 mois (terme 21 nov 2016), après 1 an et demi d'essais; j'étais suivie à M-E espace modéré à Bron, donc on y est restés pour le suivi, même si ce n'est pas la maternité la plus proche de chez moi. C'est une mater Niveau 3, et je voulais ça pour tomber sur un anesthésiste audacieux ;-) Oui parce que bon, il y a une différence entre accoucher sans péridurale par souhait, et sans péridurale par obligation. Aujourd'hui, la science offre la péridurale, et moi je dis oui à la science ! :-D
J'ai rendez-vous avec l'anesthésiste dans un mois pour voir s'il se sent de la pratiquer sur mon dos. Franchement je pense que ça ira, tout a beaucoup progressé, mais si toutefois il ne le souhaite pas, tant pis, ça me donnera l'occasion de pleurnicher et de me faire plaindre par tout le monde, mais au fond de moi, je me dis surtout que bébé est là et qu'il faudra bien qu'il sorte ! On trouvera d'autres solutions, et puis bon, on aura tellement envie de le rencontrer notre bébé que ce ne sera peut-être pas si insurmontable sur le moment (en tous cas il faudra haha)

Pour ce qui est de mon dos et ma grossesse, mon médecin à HFME m'avait prévenue que seul l'anesthésiste pourrait m'éclairer sur la péridurale dans ma situation, et que pour éviter les difficultés ou le congé pathologique, il me faudrait surtout limiter ma prise de poids à 9kg, ce qui me paraissait très contraignant puisque je suis plutôt gourmande et que je craignais appartenir à la catégorie des dames qui ont toujours faim et envie de plein de choses. Mais en fait je n'en ai pris que 2,5 depuis le début, parce que finalement j'ai surtout eu envie de manger des fruits et des légumes et de vivre plus sainement que d'habitude, sans me contraindre non plus. En conclusion, niveau dos, pour l'instant, c'est nickel, je crois que c'est la tige qui porte tout ! On verra sur les mois restants. Après, je devrai faire attention comme nous tous à ne pas trop porter bébé en se pliant en deux au dessus du lit, etc. et à privilégier des poussettes / Cosi / Nacelles ou autres de moindre poids.

En tous cas je vis super bien ma grossesse, c'est magique, ma situation de dos n'entre aujourd'hui pas du tout en ligne de compte, et j'espère que cela se maintiendra encore sur les mois à venir :) (Bon j'ai un poste fixe, sur ordinateur, et des petits trajets en voiture, donc je ne suis pas debout toute la journée ou autre).

Zaza, je pense que nous devons avoir un terme similaire, non ? Quelle maternité as tu choisi à Lyon ? Sais-tu s'il s'agit d'un petit garçon ou d'une petite fille ? Ta grossesse se déroule t-elle bien de ton côté ?
Je l''espère en tous cas.

Excellente journée à toutes, et j'espère que mon témoignage rassurera un peu celles qui s'inquiètent sur cette période de vie, et qu'elles auront la même chance que moi :)



Comme précisé dans le règlement du forum, merci de ne pas citer de nom d'hopital
L'équipe des modérateurs
#289884
Bonjour Claire,

merci d'avoir pris le temps de me répondre, et félicitations pour ta grossesse!
C'est assez étrange en te lisant j'ai l'impression que nos parcours de vies sont très similaires, mise à part le fait que tu ai mieux vécu l'opération que moi, mais bref tout ça c'est du passé, et aujourd'hui c'est le début d'une nouvelle aventure avec ce petit bébé qui arrive :)

Je termine tranquillement mon 7 ème mois de grossesse, le terme est prévu pour le 25 octobre, et se sera un petit bonhomme.
Toutes mes appréhensions de début de grossesse se sont envolés au fils des mois!
J'ai fais le choix d'être suivi par une sage femme libérale, qui contrairement aux gynécos que j'ai pus rencontrer, a été très à l'écoute de mes angoisses et a sut trouver les mots pour me rassurer, et me donner confiance pour un éventuel accouchement sans péridurale. J'ai rendez vous avec l'anesthésiste dans 2 semaines, mais je sais que je n'aurai la réponse définitive à la fameuse question "péridurale ou pas???" que le jour J. Tout dépendra de l'anesthésiste présent ce jour là, soit il sera d'accord pour tenter de la faire, soit il sera dans un refus total. Voila se que la gynéco de la maternité où je suis inscrite (St Jo St Luc), ainsi que le sage femme avec qui je vais démarrer les cours de prépa à l'accouchement m'ont annoncés.
Du coup, mentalement, je me prépare à accoucher sans péridurale, et si le jour J l'anesthésiste est d'accord pour me la poser, et bien se sera que du bonus.
Bizarrement, plus les mois passent, et moins j'ai peur d'accoucher. Peut être parce que je me sens très bien entouré, par des professionnels de santé compétant, en qui j'ai totalement confiance pour me préparer comme il se doit pour le jour J. Je me suis aussi beaucoup renseigné sur les accouchements "physiologiques", sur tout le processus de libération d'hormones divers et variés dans notre corps, au moment de l'accouchement, qui nous permettrait naturellement de diminuer la douleur pour la rendre supportable.
Bref, j'ai hâte de démarrer les cours de préparation à l'accouchement la semaine prochaine, pour apprendre ces techniques de relaxation qui permettrait de gérer au mieux les douleurs de l'accouchement.
A tu réfléchis aux cours de préparations à l'accouchement que tu souhaiterai faire? Si tu veux je peux te donner l'adresse du sage femme qui va me préparer. Il est très réputé, et est spécialisé dans l'accompagnement des femmes qui souhaitent des accouchements "physiologiques" (donc sans péridurale).

Concernant mon dos, aucun problème à signaler pour le moment, malgré mes 7 kg de plus. Quelques tiraillements dans le bassin, mais apparemment beaucoup de femmes enceintes ont ces sensations. Pour y remédier je fais ma petite séance de natation une fois par semaine, en mode "mamie". Plus les semaines passent, et plus il m'est difficile de nager avec mon petite ventre, mais cela me fais un bien fou. Ma sage femme m'a aussi prescrit une ceinture (je ne sais pas si j'ai le droit de citer des marques), mais elle est très efficace pour soulager ce genre de douleur. C'est une ceinture qui se fixe autour du bassin, avec un système de large velcro (Ph*sio*at C*nfo*t)
Je continu aussi à me déplacer en vélo, et à faire des petites balades avec mon chien, même si j'ai ralenti le rythme ces dernières semaines. Entre la chaleur et bébé qui grandit, la fatigue me gagne rapidement :)


A toutes les futures mamans qui nous lirons, mon conseil pour une grossesse épanouie: entouré vous des bonnes personnes, à commencer par une sage femme libérale avec qui vous vous entendez bien. Tant que tout se passe bien, une sage femme peut effectuer votre suivi de grossesse jusqu'au 7 ème mois. Chose que je ne savais pas avant de tomber enceinte. Une sage femme vous consacrera plus de temps, sera plus à l'écoute, vous donnera de bons conseils, et de bonnes adresses pour une préparation à l'accouchement adapté à votre situation (chose que mon gynéco était incapable de faire). Peut être que certains gynéco ont plus de temps pour s'occuper de leurs patientes, mais en tout cas je regrette déjà mon suivi mensuel avec ma sage femme, car ça y'est ayant passé le cap des 7 mois, je dois me faire suivre par un gynéco de la maternité. Retour aux visites éclaires en 10 minutes, 15 si j'ai de la chance. Bref, tout se que j'aime, mais c'est pour la bonne cause ;)
#289914
merci pour ton témoignage qui j'espère aidera beaucoup les futures mamans.
#290507
Bonjour Zaza !
Je suis désolée, j'avais lu ton message et je voulais te répondre... puis je suis repartie dans la spirale infernale de nos vies et hop, je me dis qu'aujourd'hui ce serait bien de prendre des nouvelles... et je réalise que tu es tout près du but toi ! Encore quelques semaines et tu rencontreras ton petit garçon :)
Tes cours de préparation t'aident-ils ? Moi je traine à attaquer, je pars sur une prép. classique que je ferai entre midi et deux pour être avec mon amoureux (ça a été quelque chose de trouver des créneaux sur lesquels nos hommes peuvent se greffer, on ne pense pas encore assez aux papas ^^)

Sinon, côté Péridurale en ce qui me concerne, rendez-vous anesthésiste il y a quinze jours peu concluant au final : alors, déjà il parait que nos chirurgiens disent "que si ils ont bien fait leur boulot, les anesthésistes ne peuvent pas passer". C'est intéressant.
Mais bon, deux choses en ma faveur à priori : mes barres s'arrêtent plus haut (D4-L2), donc ça laisserait une option, et j'ai pris très peu de poids (à peine 4 kilos à 7 mois passés) donc on voit bien ma colonne, les deux points permettent donc de passer à l'étape "on essaiera quoi qu'il arrive". Mais avec le "mais ça risque d'être compliqué" qui va avec :-)
En vrai, moi qui me demandais ce qui bloquait dans cette histoire, et il m'a dit que pour bien faire de la place et glisser l'aiguille... il fallait faire le dos rond ! Là effectivement, ça devient plus clair, même avec quelques vertèbres libres, difficile d'arrondir quoi que ce soit.. M'enfin.
Il m'a donné quelques statistiques intéressantes quand même : 50% de péridurales au Royaume Uni, à priori, et 30% dans les pays nordiques ! Beaucoup plus en France (90qqh%) ; nous sommes toujours les petits douillets qui médicalisent tout :) (bon sur ce coup-là on ne peut pas nous en vouloir de demander !)
Bref, on verra. Je n'ai toujours pas d'inquiétude à ce stade. Je suis plutôt dans le cauchemar des assistantes maternelles (à chaque trimestre un nouveau stade de complexité non anticipé ;))

Sinon côté mal de dos, toujours quasi rien de mon côté (je me dis que le peu de poids doit beaucoup aider, car je ne sais pas comment font celles qui en prennent plein, vu ce que 3-4 kilos tirent et pèsent déjà !) par contre j'ai depuis peu les réjouissances de la "pubalgie", ces tendinites sympathiques de bassin qui me rendent parfois incapable de me déplacer.. Curieux phénomène. Très ennuyeux car parfois douleurs aiguës.. En gros, je suis partie sur le report d'une semaine de mon congé maternité, et franchement les deux qui me restent vont être dures !
Ah, et pour la partie fun, j'ai une ligne qui s'est dessinée sur le ventre (que l'on devine à peine) mais qui est de travers autour du nombril, probablement à cause du travers qu'il me reste dans le dos :)

Voilà voilà.
Dans l'attente de bonnes nouvelles te concernant Zaza :),
Claire
#290843
Bonjour Claire,

à mon tour de prendre quelques minutes pour te répondre, avec un peu de retard moi aussi ;)

Mon terme est prévu le 24 octobre... j'espérai que la pleine lune de dimanche dernier fasse venir notre petit bout, mais finalement non :(
Il prend son temps, les journées nous paraissent longues, on est tellement impatient, sans parler de l'entourage... les futurs grands parents en tête ;)

De mon côté la visite avec l'anesthésiste a été plus radicale: la péridurale ne sera pas possible. Comme ça au moins les choses sont claires (même si je m'en doutais fortement).
Alors, pour se qui est de l'explication du pourquoi du comment, la première des raisons est que mes tiges descendent trop bas, donc compliqué de se faire un chemin au milieu de tout ce matériel.
Ensuite, elle m'a expliqué que lors de l'opération qu'on à subit, il y a eut un "remaniement des chairs", et de ce fait, ils n'ont plus leurs repères anatomique habituelle pour insérer l'aiguille. En gros, lorsqu'ils plantent l'aiguille, ils ressentent une pression, puis un "vide", et c'est là qu'ils injectent le produit. Dans mon cas, ils ne ressentiraient pas ce "vide", et seraient obligé d'y aller à l'aveuglette, et donc de devoir très certainement piquer, et repiquer plusieurs fois avant de pouvoir injecter le produit au bon endroit. Avec le risque de formation d'un hématome... humm... très rassurant. Cerise sur le gateaux, même s'ils y parvenaient, les chances que la péridurale soit efficace sont assez minime, car du coup on ne sait pas trop ou le produit arriverait à diffuser, et donc quelle zone serait anesthésié.
Bref, d'après l'anesthésiste que j'ai vu, lorsqu'on regarde le facteur bénéfice/risque, il vaudrait mieux pour moi que je m'en passe, et faire une bonne prépa à l'accouchement. De plus, une péridurale pour un accouchement n'est pas indispensable. C'est juste un confort.
C'est vrai que lorsqu'on regarde le taux de péridurale en France, il est aux environs de 90%, alors qu'il y a 30 ans, on ne la pratiquait quasiment pas. C'est apparemment une question culturelle. En France, Italie, Espagne, il y a beaucoup de péridurale, alors qu'en Europe du Nord, ce taux est beaucoup plus faible, et on va même te regarder de travers si à peine arrivé à la maternité, tu demande la péridurale. Par contre, autre extrême, il parait qu'au Brésil, le taux d'accouchement par césarienne avoisine les 90%.... les femmes là bas refusent d'accoucher par voie basse...

Heureusement qu'avant ma visite avec l'anesthésiste j'avais commencé mes cours de prépa à l'accouchement, très axé accouchement physiologique.
Et j'avoue, que de toute façon, même avant ce rendez vous, la péridurale ne me tentait plus vraiment. Pour tout te dire, je suis presque contente de ne pas y avoir droit.
Qu'est ce que j'ai appris pendant ces cours de préparation à l'accouchement?
La première des choses, dans ce monde ultra médicalisé, on a tendance à l'oublié, mais un accouchement est quelque chose de tout à fait naturel. Imaginons le pire, seule, perdue au milieu du désert, dans 90% des cas, une femme pourrait mettre au monde son enfant seule (les 10% restant sont malheureusement le pourcentage d'accouchements qui se passent mal, où l'intervention médicale est nécessaire).
Car oui ce n'est pas la sage femme qui va mettre au monde nos bébés, mais bien nous même.
Il faut savoir que dés que les premières contractions commencent, notre cerveau primitif entre en action. Dans ce petit cerveau sont stocké 250 000 années d'évolution de notre espèce, regroupant nos instincts de base, dont le petit guide "Comment mettre au monde son bébé" ;)
Le processus est assez simple, les contractions entrainent une douleur, en réponse de cette douleur, grace à la réaction du cerveau primitif qui comprend de suite se qui se passe, notre organisme va sécréter des endorphines, suffisamment puissantes pour rendre cette douleur supportable.
Magnifique à quelle point la nature est bien faite!?
Mais comme il y a toujours un MAIS, le MAIS vient de notre deuxième partie du cerveau (je sais plus le nom), qui elle gère nos émotions... et c'est là que le bât blesse.
Parce que chez nous, contrairement à n'importe quel autre mammifère, on sait se que c'est qu'un accouchement (même si on a encore jamais accouché). Les petites phrases du genre: "Ah mais c'est horrible, même la pire douleur que tu peux imaginer, c'est rien à comparer", "Quoi, tu va accoucher sans péridurale??!! Houla, mais comment tu va faire??, moi je pourrai jamais"... bref, on est conditionné sur l'idée qu'un accouchement, c'est pas une partie de plaisir :/
Donc en réaction à tout ce stress, et ces angoisses qui surgissent lors du travail, sur la peur de la douleur, ce petit cerveau va envoyer de l'adrénaline à gogo dans l'organisme.
Le problème, est que cette adrénaline va entrer en compétition avec les endorphines. Un peu comme des vases communiquant. Plus on va sécréter d'adrénaline, et moins notre organisme sécrétera d'endorphines. Pour résumer, plus tu aura peur et tu sera stressé, et plus la douleur te paraitra insupportable. Au contraire, plus tu sera zen et détendu, et moins tu aura mal.
Donc pour ne pas avoir peur, on a eut droit à toute une explication sur le pourquoi du comment de ces douleurs, leurs origines, leurs rôles, leurs utilités. Bref tout se qu'il faut pour les accepter, et se dire que finalement cela fait partie intégrante d'un accouchement normale, et que de plus les supprimer peut engendrer tout un tas de gestes médicaux qui n'auraient pas eut lieu sans péridurale. Comme par exemple l'injection d'ocytocine pour relancer les contractions, les pinces pour aller chercher le bébé qui ne descends pas à cause de la faiblesse des contractions, ou de la mère qui est tellement anesthésié qu'elle n'arrive plus à pousser, dans le pire des cas une césarienne parce que le bébé est en souffrance. Parce que oui, chose que je ne savais pas, lorsque le travail se passe bien, le bébé dort, et ne se réveil qu'au dernier moment, juste avant l'expulsion. Et pourquoi il dort? Grace à la sécrétion d'endorphine... sécrété grace à la douleur des contractions...donc si tu est sous péridurale...plus de douleurs...plus d'endorphine...et le bébé peut se réveiller, et entrer dans un état de stress maximum, car pour lui aussi ce n'est pas une partie de plaisir l'accouchement.

Ensuite on a apprit pas mal de petits exercices, à faire avec le papa. Une chose est sur le Jour J, le futur papa ne sera transformé en plante verte dans un coin de la pièce. Les futurs papa étaient fortement invités à participer aux cours de prépa (2 séances de 2 heures était très recommandé pour eux). La sage femme s'adressait souvent à eux pour leur expliquer quoi faire dans telle ou telle situation. Mon chéri sait maintenant quoi faire pour m'aider, et trouve ça génial, car s'était vraiment un stress énorme pour lui, à l'idée de me voir souffrir, sans savoir quoi faire pour m'aider.
Donc en résumé, les exercices, c'est surtout des étirements, des mouvements (il faut bouger pour que le travail avance. Sous péri, allonger sur le dos... le travail sera d'autant plus long), mais aussi la stimulation de points d'acupression, et puis se qu'on pourrait appeler du chant prénatal. En gros faire des sons graves (ohh ahh), qui provoque des vibrations importante dans l'organime (contrairement aux sons aigues), et ces vibrations entrainent un état de relaxation et de détente.

Bien sur tout ces petits exercices sont valables pour un accouchement qui se déroule bien. Maintenant si les contractions s'éternisent, qu'elles ne sont pas suffisamment efficaces, et que l'on s'épuise, c'est à se moment que devrait intervenir la péridurale (selon la sage femme de la prépa). Dans mon cas, se sera la césarienne, sous anesthésie générale... chose que j'appréhende, car je "raterai" la naissance de mon bébé. Mais il faut se préparer aussi à cette éventualité, car cela peut aussi arrivé malheureusement.


Bref, de notre côté, on est plus que prêt, gonflé à bloc, plus qu'à attendre le jour J, quand notre petit bonhomme sera motivé à pointé le bout de son nez :)
Je ne manquerais pas de revenir te raconter comment tout ça s'est passé finalement.
Et si tu n'est pas satisfaite de ta prépa, je peux te donner l'adresse de ma sage femme. Pour se qui est des horaires, c'est surtout en fin de journée, il y a même la possibilité de faire des cours individuel si les horaires ne vous conviennent vraiment pas ;)

A bientôt, et bonne fin de grossesse :)

P.S: Pour mon dos, niveau douleur, rien à signaler non plus. Par contre j'ai pris un peu plus que toi, j'en suis à 10kg ;)
Juste quelques douleurs au niveau du bassin, comme toutes les femmes enceintes.
#290866
Bonsoir Zaza

Si les tiges descendent bas, effectivement cela peut être une gène pour la péridurale, par contre pour l'histoires des muscles je ne sais pas trop car beaucoup de personnes opérées ont une péridurale sans souci. Je pense que tous les anesthésistes ne se sentent peut etre pas à l'aise avec les personnes arthrodésées

J'ai eu 3 enfants après avoir été opérée, pour les deux premiers la péridurale n'existait pas encore. Pour le dernier, cela commençait à se faire mais la clinique où j'ai accouché ne voulait pas la pratiquer sur les personnes qui avaient un problème de dos.

Tu as fait des cours d'accouchement et je pense que c'est très bien. Cela t'apprend à gérer.
Et oui on en entend de tout sur l'accouchement. Il faut essayer de ne pas trop écouter tout ce qui se dit car tu auras toujours des commentaires très négatif pour te faire peur, c'est comme au cinéma où on voit les femmes hurler en accouchant.
C'est sur que les contractions on les sent passer, mais il faudra bien appliquer ce que tu as appris en cours et cela va bien t'aider.
On peut mieux maitriser la douleur en apprenant à mieux la gérer.
Je ne te dirai pas que tu n'aura pas mal, mais on arrive à gérer la situation

Etre mieux informée c'est pouvoir gérer la situation et tu sembles avoir été très bien informée, cela va beaucoup t'aider tu verras.

Quant au dos, pour ma part que ce soit pendant les grossesses ou pendant les accouchements je n'ai eu aucun problème

Tu reviendras nous donner des nouvelles ?

autumnSP
#291140
Bonjour Zaza !
Je pense que tu es actuellement dans la phase pouponnage, que ton petit bonhomme a fini par se montrer ! (et j'espère avant déclenchement, car ce n'est pas la méthode la plus douce à ce que j'ai pu comprendre :)) J'espère aussi que tout s'est très bien déroulé pour toi, conformément à ta préparation et ton état d'esprit au 18/10 :)

Je suis désolée, je voulais moi même te répondre plus tôt, mais j'avais vu ton message sur mobile, et répondre à un forum sur un téléphone ce n'est pas hyper confort, et j'ai fini par faire trainer...
Dans tous les cas je voulais te remercier d'avoir écrit tout ça, j'ai trouvé que c'était très très intéressant comme approche ! C'est dommage de ne pas systématiquement avoir ces explications d'endorphine et autres lors d'une grossesse, cela me semble être la première base, ça ne ferait de mal à personne d'attaquer par une approche naturelle, pédagogique et scientifique avant de partir sur nos cours classiques; je suis convaincue que cela aiderait beaucoup de monde, en tous cas moi ça m'a beaucoup plu ! (mes parents aussi, ils sont médecins généralistes, ils ont trouvé ton approche aussi très agréable). Comme ça, pour ceux qui ne pourraient pas avoir de péridurale le jour J. pour une raison x ou y, ils pourraient se consoler ou être plus zen >> Après tout, on oublie que ce n'est pas élémentaire et on fait vite une fixette là-dessus, qui explique les montées de stress ou de panique des mamans si cela ne se déroule pas comme elles l'avaient prévu ou imaginé...

Moi, ce qui m'inquiétait il y a quelques semaines, c'était surtout de ne pas être dans l'impatience de voir bébé : je comptais beaucoup sur l'excitation et l'impatience pour passer l'appréhension de l'accouchement, appréhension que je n'avais pas encore ressentie puisque je voyais ça très très loin... Puis hop, d'un coup je me suis retrouvée en congé mat, avec les médecins et autres qui me disaient "c'est bon, c'est en bonne voie, elle peut sortir d'un moment à l'autre" et là je me suis dit "ah zut, je ne ne suis pas du tout prête, c'est trop tôt !" (psychologiquement) et puis trois semaines plus tard, c'est bon, je ne suis pas hyper impatiente curieusement, mais par contre je suis tout à fait en paix avec l'idée de l'accouchement, j'ai l'intention de prendre mon temps chez moi, de me relaxer, d'essayer de remettre au plus tard possible l'immobilisation sur le dos, et puis la douleur, c'est aussi psychologique, donc je ne sais pas comment je le vivrai le moment venu, mais je suis plutôt zen en attendant, voire confiante.
D'ailleurs on m'a prescrit de l'homéopathie pour préparer le col, optimiser les contractions et gérer "le stress" en amont et le jour J., et je n'ai pas souhaité prendre celui du stress, à ce jour il ne me parait pas utile... Il y a plusieurs choses qui m'ont amenée à me tranquilliser, mais ton témoignage en fait partie :)

Lui et d'autres que j'ai pu lire donnent envie d'essayer un accouchement naturel sans péridurale, mais ce qui laisse hésitant, c'est la durée, que l'on ne peut pas anticiper. Si tu sais que de toute façon tu n'auras pas droit à la péri, ton intérêt (si tu ne stresses pas trop) est vraiment de trainer chez toi, te relaxer sous une douche, au calme et dans l'intimité dans des positions qui te conviennent le mieux le plus longtemps possible, et d'essayer de gagner un maximum de temps avant d'aller te coincer dans une salle d'hôpital.. Mais quand tu ne sais pas si tu finiras par la vouloir et que tu veux te laisser l'option, il ne faut peut-être pas non plus arriver trop tard... Bref je ferai au feeling; ce qui "m'inquiète" le plus dans mon cas, c'est plutôt l'endurance en fait. Mais bon, on verra le moment voulu !
J'hésite à me tester une petite séance d’acuponcture aussi, par curiosité et pour m'occuper :) Peut-être que ça peut aider ? Ma foi.

Bref bref bref, moi DPA 21/11, et grosse pleine lune le 14 d'ailleurs ;) (il parait que c'est un mythe du secteur médical, aucune étude scientifique ne confirme ce point).
Tranquillou. Elle arrive, tant mieux. Elle traine, ça me va aussi (tant qu'elle ne dépasse pas le terme ;))

Voilà, Merci pour ton retour. J'espère avoir de tes nouvelles dans les mois à venir pour confirmer que tu vas bien et que tout s'est bien passé de ton côté et que ton bébé va bien. Sinon profite-bien ! Et j'espère venir aussi te confirmer une journée peu traumatisante de mon côté ;)
Bonne continuation !

N'hésitez plus et faites un don à l'association !