Un site, une association

Bienvenue sur la toute nouvelle version de notre site web.

Image de soi, relations aux autres, entourage, l'amour......
By Talisman
#165146
Bonjour à tous !

Voilà, j'aimerais vous poser une question mais excusez-moi si mon message n'est pas adapté, je n'ai pas l'habitude d'écrire sur un forum :)

Pensez-vous que la scoliose puisse être la cause d'une dépression ? Il y a t-il des personnes sur ce forum qui ont souffert d'une dépression à cause de leur scoliose ?
Ce serait peut-être mon cas mais j'ai du mal à l'admettre.

En tout cas, ce site est très instructif !
By Raph9876
#165150
Je pense en effet que ça peut en etre la cause (mais je suis pas un spécialiste non plus). Etant donné les répercussions d'une scoliose sur la confiance en soi, les activites que l'on ne peut pas faire, la déformation physique etc...
J'ai écris un post y'a quelques jours à propos des antidépresseurs car je ne sais pas si je fais une dépression mais je ne vais certainement pas bien du tout et je pense c'est en grande partie lié à la scoliose. Je voulais avoir l'avis des membres pour savoir si ils allaient mieux avec les antidépresseurs avant d'en parler à mon medecin.
En tout cas je suis comme toi, j'aimerai avoir l'avis de personnes qui ont été atteintes et qui ont plus de recul que moi

Dans tous les cas je te souhaite d'aller mieux!! Ciao
Avatar de l’utilisateur
By Rosy
#165164
je pense effectivement que la scoliose puisse être indirectement "responsable" d'une dépression. certaines personnes ont du mal à voir leur dos avec une gibbosité, souffrir très souvent, subir des traitements longs et contraignants......il y a une forme d'acceptation de tout cela et ce n'est pas facile pour chacun d'entre nous. du coup, la dépression fait sa place. pour ma part, la scoliose, pour l'instant, ne pas pas provoquée ce genre de problème. pour ceux qui sont dans ce cas, je pense qu'une aide extérieure serait plus que bénéfique. :bisous
Avatar de l’utilisateur
By coco30
#165194
Bonjour Talisman :sourire
Perso. oui. Où devrais-je plutôt dire pas à cause de ma scoliose proprement dite ; mais parce ce que je me retrouvais face à des médecins qui pendant des mois et malgré une souffrance physique très dure, une déformation visible à l'oeil nu, difficulté à la marche ... me maintenaient que ma scoliose ne pouvait pas évoluer à l'âge adulte ... ne me prescrivaient aucun exam pour vérifier et supposaient surement j'imagine que ce devait être dans ma tête ! Je m'entendais juste dire faites du kiné et de l'ostéo. ! Ce que je faisais déjà depuis plusieurs années pourtant ... mais bon !
Etant d'un naturel jovial, toujours gaie, je n'ai pas une nature à craquer facilement, mais là, c'était vraiment trop dur à supporter. A ne pas vouloir entendre ma douleur et mes difficultés, à les nier sans les vérifier, là psychologiquement je me sentais vraiment au fond ! Mon généraliste voulait me prescrire un anti-dépresseur et je refusais d'ailleurs ! Ce que je voulais, c'était juste une radio. pour étayer les dires de mon évolution. Il a fallu que je "tape du poing" sur la table pour être entendu et faire les exams nécessaires qui ont d'ailleurs prouver que ce n'était pas dans ma tête mais dans mon dos ! :bouh J'ai tenu tête mais en attendant, psychologiquement et émotionnellement, j'ai trinqué ! :boire (je vous rassure, c'est imagé ... :cotent )
Par contre une fois, que je me suis sentie écoutée et prise au sérieux, j'ai de moi-même demandé à mon généraliste de me prescrire l'anti-dépresseur mais aussi parce ce que j'avais lu qu'il pouvait aussi être efficace en erronant l'information de certaines douleurs neurogènes (donc physiques) au cerveau, pas uniquement pour la douleur psychologique.
Et effectivement, je ne l'ai pas regretté. Cela a mis plusieurs semaines, mais ça m'a aidé à remonter la pente et retrouver des forces. Mes douleurs physiques étaient toujours présentes mais plus "douces" à supporter, moins usantes, moins éreintantes psychologiquement et tout naturellement par conséquent une meilleure acceptation de ma scoliose !
Après quand la scoliose nous crée des incapacités quotidiennes permanentes, c'est sur qu'inévitablement ça influe sur notre vie sociale et par conséquent psychologique aussi ...
Prends soin de toi et de ton dos ... :fleur meilleures pensées :bisous
Avatar de l’utilisateur
By Biba
#165199
:hello
Voici le topic où Raph9876 a posté son message :
http://www.scoliose.org/forum/viewtopic.php?t=5416

Et pour tenter de répondre à tous les deux, je dirais plutôt comme Rosy et Coco30, c'est souvent des facteurs "externes" à la scoliose qui à mon avis peuvent "plonger" quelqu'un dans la dépression. Ne pas se sentir écouté et compris, constater que l'entourage ne "prend pas au sérieux" notre problème, avoir face à soi un corps médical qui n'arrive pas à trouver certaines causes des douleurs, réaliser qu'il n'est plus possible de faire certaines choses, etc ..

Il ne faut pas hésiter à se faire aider par un professionnel, car plus on attend et plus le mal-être prend de l'ampleur, ce qui peut directement être une source de souffrances physiques.

Courage, en espérant que vous puissiez trouver une première compréhension à votre problème ici, puis et surtout auprès de professionnels compétents.

Bib'bisous :bisous
By Talisman
#165357
Merci beaucoup pour vos réponses !

Cela confirme ce que je pensais. Je commence à admettre que ma scoliose est indirectement la source de tous mes blocages et souffrances psychologiques actuels.

ça m'attriste de lire autant de souffrances sur ce site mais en même temps je trouve les participants de ce forum tellement chaleureux et sympathiques que je suis contente de l'avoir trouvé.

Merci encore :)
Avatar de l’utilisateur
By marietout
#165378
Comme te le dit Biba, fais-toi aider. Pour ma part 5 ans de psychothérapie m'ont permis de comprendre tout ce qu'on ne m'avait jamais expliqué! L'amour de soi- même est très important surtout quand on est différent des autres. Il faut vivre en harmonie sa personne et essayer de trouver une paix intérieure, qui permet d'alléger les douleurs et contractures liées à notre état et aux agressions extérieures que nous subissons! Bon courage. :chance :bisous
By shamalow-banane
#165505
Pour ma part ce qui me rend très mal psychologiquement c'est la travail. Je donne tout ce que je peux malgrès la douleur contante et on m'en demande beaucoup (du moin c'est ce que je ressent) si moi je ne fait pas abstraction de mes douleur sa sera l'entourage qui le fera. J'ai mal et pourtant on me demande de faire des choses que je le sais n'arrangerons pas mes douleures et sa c'est assez dure a suporter, chaque jours je me rend un peut plus compte que je ne suis pas assez forte physiquement et psychiquement pour le travail que je fait et c'est pas facile. J'ai cette sentation de décevoir et c'est assez dur a suporter. J'en suis au point de refuser les arret maladies par culpabiliter. Je rappel que je suis serveuse et donc qu'il m'arrive souvent de faire des services de 6h sans pause debout a courir, porter des charge et j'en passe. Certe j'ai pas choisi le métier le plus facile mais j'aime faire les choses bein et je n'y arrive pas. C'est sa qui fait que je me sens de moin en moin forte psychologiquement.
Je pense pas que sa soi de la dépression mais si sa continu j'ai peur que sa le devienne.
Avatar de l’utilisateur
By marina
#165541
bonsoir shamalow banane

on a tous des limites et je pense que tu ne dois surtout pas culpabiliser de ne pas pouvoir faire des efforts longtemps à cause de tes douleurs... car tu n'en es pas responsable!

Tu fais le maximum et c'est très courageux de ta part, mais personne ne peut te demander de faire l'impossible.

Si tu as trop mal il faut te soigner et te reposer, et ensuite tu pourras peut-être en faire progressivement un peu plus chaque jour. Tandis que si tu restes avec tes douleurs elles ne peuvent qu'empirer si tu forces, et comme tu le dis le moral en prend un coup aussi!

Je pense que les gens ne te comprennent pas car peu de gens savent vraiment ce qu'est une scoliose, car comme beaucoup de maladies qui ne se voient pas, les gens ne s'en rendent pas compte et pensent que ce n'est rien.

Mais si tu leur expliques et que tu leur montre de quoi il s'agit, ils comprendront que tes douleurs, ce n'est pas des histoires!

Sur ton lieu de travail tu peux aussi peut-être avoir des aménagements correspondant à ton état de santé, tu peux essayer d'en discuter avec ton employeur et de trouver des solutions ensemble.

en tout cas ne te décourage pas, prends ton courage à deux mains et essaie de trouver un médecin pour soigner tes douleurs... tu verras que ça ira déjà mieux

:chance :biz
By shamalow-banane
#165629
Merci de ta réponse, malheureusement mon employeur est quelqu'un d'extrèmement égoïste qui ne pense qu'aux chiffres d'affaire, j'ai tenter de lui expliquer mais lui ne cherche meme pas a comprendre, les seules réponses aux quel j'ai droit c'est "si sa ne te convien pas tu démissionne". C'est malheureux je trouve, mais c'est comme sa, tant que je n'ai pas de contre indication d'un medecin je n'ai pas mon mot a dire, j'ai pris RDV avec le medecin du travail en vu de faire un dossier pour passer travailleur handicaper mais le rendez vous n'est que pour le 12 et je dois bien tenir jusque là en espérant que le dossier passe.
En ce moment je suis malade, je doi avoir une petite angine mais bon je pense ne pas etre la seule ici mais lorsque j'ai une angine je dort très mal, je suis très fatiguée et du coup les douleurs sont beaucoup plus forte (surtout du faite que je n'arrive pas bien a dormir). Là sa va faire deux jours que je suis de repos et sa ne va pas mieu, demain je reprend le travail a 9h pour finir a 18h avec a paine une demie heure depose, je sais pas comment je vai faire pour tenir :( d'autant que dimanche grosse journée de travail également. Mais bon, pas le choix.
Avatar de l’utilisateur
By marina
#165798
je te souhaite bon courage pour ton rendez-vous du 12, j'espère que ça va être positif...
En attendant si ton employeur est si peu compréhensif... n'aies pas de scrupule pour accepter les arrêt maladie quand tu ne peux plus travailler. Car la santé, on n'en a qu'une!
Si tes arrêts sont justifiés, il n'a rien à dire.

Avec des gens comme ça il ne faut pas se rendre malade... car si tu travailles pour lui jusqu'à t'épuiser, il ne te dira même pas merci. Et le jour où tu te seras détruit la santé pour lui, je ne pense pas qu'il sera là pour t'aider...

Je pense que tu as déjà vu autour de toi des gens qui ont des arrêts de travail plus ou moins justifiés, donc si toi tu as vraiment très mal et un travail incompatible avec ton état de santé, tu dois pouvoir t'arrêter sans avoir l'impression d'abuser.

bon courage :biz
Avatar de l’utilisateur
By coco30
#165835
Bonjour Shamalow-Banane,
Marina a raison. J'ai beaucoup donné dans mes boulots (ma conscience professionnelle m'empêchait de me mettre en maladie ... ah, l'esprit d'équipe !) aujourd'hui en invalidite, je n'ai eu aucun remerciement, je peux te l'affirmer !
De tout coeur avec toi, je croise les doigts pour ton Rdv du 12.04 ... :chance :bisou1
Avatar de l’utilisateur
By crincrin
#182750
Bonjour shamalowbanane,
où en es-tu de tes démarches auprès du médecin du travail ?

Je vous confirme que les douleurs de scoliose évolutive adulte peuvent, à force de fatigue accumulée, de mal-être, de diminution de capacité, de fatigue nerveuse qui en découle, agir sur notre psychisme, et nous mener à la dépression. J'y suis passée, et je mesure aujourd'hui le chemin parcouru pour en revenir.
Aujourd'hui, je suis reconnue en invalidité 50 à 79 %, et recommandation du médecin du travail : pas de port de charge de + de 5 kg, et repos à l'infirmerie en cours de journée dès que le besoin s'en fait sentir.
Je reconnais que j'ai la chance de travailler pour une grande entreprise qui a mis en place une charte pour le maintien dans l'emploi des personnes en situation de handicap, ou porteuse d'une affection invalidante.

En espérant vous rencontrer à l'AG à Villejuif :bisou1
:bisous1 :bisous
Avatar de l’utilisateur
By chris
#182754
Bonjour Crincrin

Tu as raison la scoliose a un impact psychologique très fort qui peut marquer pendant des années, elle fait souffrir physiquement mais aussi psychologiquement.
Je te mets un petit lien ou le sujet a été abordé en congrès
http://www.scoliose.org/forum/viewtopic ... 8&start=15

Et je sais que le spécialiste qui te suit accorde beaucoup d'importance au ressenti du patient, d'ailleurs il est toujours très proche et très à l'écoute de SP.

A très bientot :bisous1
Avatar de l’utilisateur
By Xavier90
#302461
Bonjour à vous,
mes ressentis sont clairs et nets en matière de souffrance et dépression. Je vous trouve vraiment combatifs et nuancés sur ce sujet qui me touche énormément. Chômage depuis 4 ans, solitude, souffrances corporelles ...
Je n'ai vécu que quelques semaines dans ma vie non déprimé à l'âge de 18 ans ... un kinésithérapeute m'a presque redressé à force d'étirements, de travaux respiratoires profonds et de musculation en 20 séances, 2 par semaine et moi qui travaillait énormément entre les séances sans bénéficier de l'accompagnement et des équipements qui étaient indispensables. J'ai tenté de poursuivre les séances de kiné en vain. J'ai cru avoir les clés, j'ai cru être soigné, j'ai cru que même si j'avais un moins bien on finirait par m'écouter, je me sentais revivre j'avais confiance en moi, et petit à petit je me suis à nouveau ramassé, c'était il y a 20 ans et bien évidemment pour les médecins mes douleurs ne sont que psychosomatiques puisque les radios ne montrent aucune lésion rhumato grave. On finit par ne même plus consulter sauf en cas de crise majeure par honte, et par lassitude d'entendre toujours pareil ...
Je me sens humilié, on n'a pas le droit de dire qu'on se sent mal physiquement, qu'on souffre toutes les nuits pour trouver des positions de repos et d'en être déprimé et fatigué. Si le morale est atteint c'est donc la santé psychique qui est à l'origine de tout ! un scandale !!! Actuellement aucun médecin ne reconnait mes souffrances physiques, on m'explique qu'il n'y a aucune raison et que ce sont des douleurs chroniques enregistrées dans mon cerveau qui n'ont aucune raison d'être. Il faut la foi pour pardonner
A partir du moment où le soignant sait que vous souffrez psychologiquement il inverse la cause de la conséquence.
C'est mon expérience amère et j'espère trouver une vraie oreille attentive prochainement.
A ce titre je recherche activement un médecin généraliste ou psychiatre ou spécialiste qui souffre de scoliose, je suis très sérieux.

N'hésitez plus et faites un don à l'association !