Qu'est ce que la scoliose ?
Qu'elle en est l'origine ?
Survenue et aspects cliniques
Traitements existants
Lexique
Dépistage et évolution de la scoliose






Le diagnostic d’une scoliose est posé suite à un examen clinique. Il est confirmé par un examen radiographique.

Le motif de consultation peut notamment être motivé par :
- des douleurs du dos,
- une anomalie morphologique constatée par l'entourage
- la présence d’antécédents familiaux.

Il faut noter qu’il y a une trentaine d'années, 80 % des scolioses étaient découvertes avec des angles supérieurs à 30°. Actuellement, 95 % des scolioses sont découvertes à moins de 30° d'angulation grâce au dépistage quasi-systématique mené par les médecins.



Devant toute scoliose, la surveillance clinique régulière est l'élément fondamental surtout en période de croissance pubertaire. La surveillance de l’évolution d’une scoliose se fait d’après une radiographie du rachis à 4 ou 6 mois d’intervalle. On y évalue alors l'évolution de l'angle de Cobb. On considère une scoliose évolutive lorsque cette angulation s'accentue entre deux clichés, en général de plus de 1 degré par mois.

Les scolioses évoluent en 3 phases :

- Une phase d’évolution lente durant l’enfance.
- Une phase d’évolution rapide, lors de la poussée de croissance pubertaire.
- Une phase de stabilisation quand la croissance est terminée.

C’est à la fin de la croissance que l’on considère l’arrêt de l’évolutivité d’une scoliose. La fin de la croissance est déterminée en appréciant la maturation osseuse de l’enfant (méthode de Risser), et par une radio du rachis.


L’évolution d’une scoliose ne peut être appréciée que par un médecin. Néanmoins, contentons-nous de préciser que l’on peut estimer chez l'enfant de 6 ans à la puberté :
- qu'une scoliose inférieure à 20° a 80 % de chances de ne pas s'aggraver,
- qu'entre 20 et 30° de courbure, 55 % des cas resteront entre 10 et 55°